Test de percolation(10 jours)

Tests de perméabilité – Essais d’infiltration – Etude hydrologique

Beaucoup d’appellations pour parler de la même chose car il s’agit essentiellement de vérifier si votre terrain à bâtir est plus ou moins perméable et s’il est capable :

  1. d’absorber les eaux de pluies qui après avoir transité par votre citerne, seront rejetées par le trop-plein dès qu’il y aura de fortes pluies et devront être dispersées dans votre terrain via un système approprié.  Dans beaucoup de communes elles ne peuvent absolument plus être raccordées à l’égout existant, les autres communes appliqueront probablement les mêmes règles tôt ou tard.
  2. d’absorber les eaux usées et traitées par votre micro station d’épuration quand celles-ci ne pourront être raccordée à un égout.

Le 1/12/2016, le Gouvernement wallon a pris un arrêté modifiant le Code de l’eau [1]. Il est entré en vigueur le 1/1/2017 et sera progressivement obligatoire dans toutes les communes. Il est donc prudent de contacter le service urbanisme de la commune où se trouve votre terrain pour découvrir  la façon de raccorder le trop-plein de la citerne d’eau de pluie avant de rentrer une demande. S’il s’avère que le raccordement ne peut pas se faire à l’égout un test de perméabilité (percolation, infiltration, étude hydrologique…) est obligatoire et même une demande déjà introduite vous reviendrait avec la mention « incomplétude du dossier« .

contactici2

0475/69.72.27
de 9:30 à 20:00
marchal.daniel@skynet.be

Les dossiers qui rentreront sans les résultats d’un test de perméabilité et sans solutions préconisées pour l’épandage des eaux de pluie risquent tout simplement d’être retournés dans certaines communes.

Le dossier devrait alors être représenté avec le risque de recommencer toute la procédure de demande avec les délais et les frais adjacents que cela suppose (perte de loyers, retard dans la construction et sa planification).

Les eaux de pluie, pour les nouvelles constructions, devront maintenant prioritairement être évacuées via des tranchées de dispersion, une noue, des structures alvéolaires légères absorbantes, un tertre d’épandage, un puits d’infiltration, etc.

Pour choisir et dimensionner le système le plus approprié et le plus économique vous devez impérativement connaître les capacités d’absorption de votre terrain et c’est là que nous intervenons en réalisant un test de percolation en 4 points dans la zone d’épandage possible.

Percolation en 4 points
Points de percolation et mesures de perméabilité en cours.

contactici2

0475/69.72.27
de 9:30 à 20:00
marchal.daniel@skynet.be

Suivant les capacités d’absorption de votre sol, il vous sera ensuite imposé, un système d’épandage avec parfois (en plus) une citerne possédant un dispositif tampon pour retenir pendant un certain temps les pluies d’orage dévalent de vos toitures et éviter ainsi qu’elles ne parviennent trop rapidement dans les égouts et éviter des inondations et que trop d’eau de pluie ne perturbe le délicat fonctionnement de la station d’épuration où se retrouveront toutes ces eaux mélangées aux eaux de ruissellement, de décharge des fosses septiques, des mini stations d’épuration individuelles, etc.

Le trop plein de votre citerne d’eau de pluie devra être connecté, si c’est possible, vers le système d’épandage choisi suite à la configuration des lieux, et aux tests de percolation qui auront été réalisés.

Si les tests de percolation et la configuration des lieux révèlent qu’il n’est vraiment pas possible de faire autrement que de rejeter le trop plein de votre citerne d’eaux de pluie vers les égouts vous pourrez alors demander une dérogation aux services d’urbanisme de votre commune.

Quel est le but d’un test de percolation ?

Les terrains à bâtir deviennent rares et on construit sur toutes les parcelles (perméables) existant encore ; si… elles sont bâtissables.

Cela crée plusieurs problèmes pour les bâtisseurs et leurs voisins :

  • Plus on supprime l’herbe et les champs qui réceptionnaient depuis toujours les eaux pluviales, plus on crée des surfaces imperméables qui au lieu d’emmener les eaux dans le sol vont les conduire directement dans… les égouts
  • Lors de très fortes pluies toutes ces eaux vont déborder de partout et risquent de créer des inondations chez-vous et chez vos voisins
  • L’afflux brutal d’eaux pluviales dans les stations d’épuration vont les rincer et les rendre moins efficaces car il n’y aura plus assez de bactéries pour éliminer les matières fécales et autres.
  • D’où, problèmes pour l’environnement, odeurs putrides et coûts supplémentaire pour entretenir la masse de bactéries, protozoaires et autres micro-organismes*

*des organismes microscopiques appelés bactéries vivent dans les eaux sales. Stimulées par de petites bulles d’air envoyées au travers du bassin, ces bactéries se nourrissent de la pollution et poursuivent ainsi la purification des eaux (une bactérie a besoin de 3 grammes d’oxygène pour digérer 1 gramme de déchets) 

Voilà donc une des raisons qui poussent les autorités urbanistiques à ne plus accepter le rejet de votre trop-plein de citerne d’eau de pluie vers les égouts. Pour éviter ce genre de situatio:

inondation
Trop tard pour faire un test de percolation. Non ?

contactici2

0475/69.72.27
de 9:30 à 20:00
marchal.daniel@skynet.be